TABLE RONDE
Peut-on ne commercer qu’avec nos amis ?
Mardi 29 novembre 2022, 9:00 - 10:30

Séance en présentiel présidée par Antoine Bouët, Directeur, CEPII

Intervenants

  • Edouard Bourcieu, économiste en chef, DG Trade, Commission européenne

  • Elvire Fabry, chercheur senior, Institut Jacques Delors

  • Stéphane Lambert, ministre-conseiller, Ambassade de Canada en France

  • Vanessa Salas-Pouget, directrice adjointe, Centre d'Analyse, de prévision et de stratégie (CAPS), MEAE

S'inscrire

Contact

Import_Export_Logistique.jpg

Les évolutions géopolitiques de la dernière décennie et, singulièrement, l’invasion de l’Ukraine, ont mis en lumière, d’une part, la fragilité de nos circuits d’approvisionnement et des chaînes de valeur et, d’autre part, le fait que ces circuits favorisent des puissances perçues comme hostiles ou menant des politiques contraires à nos valeurs fondamentales.

 

Ces puissances peuvent aujourd’hui faire l’objet de restrictions ou de sanctions commerciales, technologiques et financières dont la compatibilité avec les règles du commerce international est souvent discutée. Au début de l’année, les États-Unis ont esquissé un concept plus large, le « friend-shoring ». 

 

Cette idée, encore très vague, de développer des circuits commerciaux, financiers et technologiques privilégiés, voire prioritaires, soulève de nombreuses questions : 

  • Qui sont nos « amis » ? Comment réagir s’ils ne le sont plus ?

  • Quels instruments mobiliser ?

  • Comment traiter les pays qui ne sont ni nos « amis », ni nos « ennemis » ?

  • Comment gérer les mesures de rétorsion de nos « ennemis » ?

  • Qui prend en charge les surcoûts ?