Club du CEPII

Association de loi 1901

www. leclubducepii.fr

 

Tel : (+33) (0)1 53 68 55 26

Site CEPII : www.cepii.fr

© 2013

Club du CEPII  

  • Gris LinkedIn Icône
LES MATINALES DU CLUB
L'économie du Vietnam : promesse ou mirage ?
mercredi 17 février 2016, 9 h 00 - 10 h 30,  75007 Paris 

Séance présidée par Christophe Destais, Directeur-adjoint du CEPII

Intervenants

 

  • Christophe Barat, Chargé d'études, Analyse macroéconomique et risque pays, Agence française de développement

 

  • Philippe Papin, Directeur d'études à l'École Pratique de Hautes Etudes et Chaire d'Histoire du Vietnam classique

Documents de séance

 

  • Christophe Barat (PPT)

  • Compte-rendu

 

Pour les membres uniquement 

Lectures complémentaires

 

Contact

 

Depuis son ouverture au début des années 90, le Vietnam a connu de profondes transformations économiques et sociales, lui permettant d’accéder en 2010 au statut de pays à revenu intermédiaire, sans que celles-ci aient, jusqu’à présent, eu de véritable répercussion dans le domaine politique.
Dans une économie mondiale qui ralentit, le Vietnam fait aujourd’hui figure d’exception. Après le ralentissement consécutif à la crise économique et financière mondiale de 2008-09, marqué notamment par une crise bancaire, l’économie vietnamienne fait montre d’un grand dynamisme, qu’il s’agisse de croissance, d’activité industrielle, de commerce extérieur ou d’investissement étranger.
La signature du Partenariat Transpacifique et d’accords de libre-échange avec l’Union européenne, le Japon et la Corée constituent des signaux forts d’ouverture économiques, corroborés par différentes réformes visant à améliorer le climat des affaires, mais contrastant avec l’interventionnisme toujours marqué d’un pouvoir communiste parfois difficile à déchiffrer. Or, avec un million de jeunes non qualifiés arrivant chaque année sur le marché du travail et la détérioration de la conjoncture internationale, le gouvernement doit faire face au problème grandissant des inégalités en plus de sa poursuite de la stabilité macroéconomique (déficit budgétaire, pressions inflationnistes, notamment), de réforme du système bancaire et la restructuration des entreprises d'Etat. Au lendemain du congrès quinquennal du Parti communiste, le dynamisme de l’économie ne peut pas occulter l’ampleur des défis.