La Russie : une stabilité en trompe-l’œil ?